to top

Photo numérique: trouver son style

Comment trouver son style personnel en photographie?

Quand on veut faire de belles photos, il y a tout un tas de paramètres à prendre en compte. Lorsque, après plusieurs heures à comparer les boîtiers sur internet, on a enfin fini par trouver celui qui allait nous convenir, on peut ensuite repasser par les mêmes étapes pour savoir quels objectifs vont nous accompagner. Puis, quand on a enfin entre nos mains l’appareil photo de nos rêves (et celui qui rentre dans notre budget surtout) il y a bien sûr tous les choix de réglages lors de la prise de vue: quelle ouverture ? Quelle vitesse? Combien d’Iso?… Beaucoup de décisions entrent en compte lorsque l’on fait une photo. Bien évidemment ( et heureusement!), plus on acquiert de l’expérience et plus ces choix sont intuitifs.

Lorsque l’on appuie sur le déclencheur, on pourrait alors penser que c’est terminé! Plus de questions à se poser, de toute façon la photo est prise maintenant! Eh bien non! Car après vient toute la partie post-traitement. Depuis quelques semaines (ou mois) c’est devenu mon plus gros souci, ou plutôt ma plus grande question. Quel traitement appliquer sur mes photos pour leur donner un style, et finalement obtenir un rendu homogène et une touche personnelle?

.

L’importance du post-traitement

Il y a encore quelques temps, cette question faisait encore parfois débat :  Pour ou contre le post-traitement?

Aujourd’hui il me semble qu’il est plutôt admis que le post-traitement fait partie intégrante du développement d’une photo. Il n’est pas un simple « cache-misère » permettant de sauver des images désastreuses mais bien une petite touche finale permettant de révéler le meilleur de notre photo. L’autre argument que l’on peut encore parfois rencontrer est qu’une photo doit coller le plus possible à la réalité, et qu’il faut donc intervenir le moins possible dessus. Pourtant, le souci de réalisme n’est absolument pas incompatible avec le travail de retouche. En effet, il vous est sûrement déjà arrivé de prendre un beau coucher de soleil en photo, et de vous retrouver avec de magnifiques couleurs vives roses, rouges, violettes…. et d’adorer le rendu, qui n’est pourtant pas exactement ce que vous aviez devant les yeux. Vous pouvez conserver le résultat « brut » ou bien passer par votre logiciel pour rechercher des couleurs plus réalistes.  Votre appareil n’est donc pas toujours si objectif (surtout si vous le laissez décider des réglages). Et parfois ce qui compte n’est pas forcément de restituer le mieux possible la réalité, mais de chercher un certain rendu esthétique. Sans post-traitement, on limite donc les choix artistiques, la démarche n’est alors plus la même.

.

Photo numérique et photo argentique

Je n’ai pas pratiqué bien longtemps la photo argentique (on va dire jusqu’au collège) et à cette époque, même si je découvrais la photo avec plaisir, je faisais surtout des photos « souvenirs » sans trop me poser de questions.

J’ai donc surtout appris avec le numérique, et me suis peu à peu passionnée pour la photo. Pouvoir déclencher sans limite m’a permis de tester plein de réglages sans me soucier du prix du développement. Il y a encore quelques semaines je ne comprenais donc pas bien quel plaisir pouvaient avoir certaines personnes à retourner vers la photographie argentique.

La photo numérique a pour avantage, ou pour inconvénient, d’avoir un rendu très neutre, très proche de la réalité. Alors qu’au contraire, l’argentique offrait des couleurs plus éloignées de la réalité, et le choix de la pellicule avait une importance sur ce résultat. Autrement dit, avant même d’avoir déclenché, on faisait déjà un choix sur le développement et le rendu esthétique final de ses photos.

C’est en testant l’application VSCO que j’ai pris conscience de ces réalités. En effet, VSCO est une application pour smartphone qui permet d’appliquer des filtres (un peu comme Instagram) imitant le rendu de dizaines et de dizaines de pellicules argentiques. D’une pellicule a l’autre, le rendu est très différent, les couleurs sont plus ou moins chaudes, la photo est plus ou moins sombre, contrastée, lumineuse, certaines couleurs seront dominantes. En un click, votre photo numérique très neutre, va prendre une nouvelle dimension en prenant aussi ses distances avec la réalité.

Là encore, on peut ne pas adhérer car ce sont parfois des modifications importantes. Les photographes de l’argentique choisissent souvent de travailler avec les mêmes pellicules, ce qui rend d’une part leur travail plus reconnaissable, mais aussi beaucoup plus harmonieux et cohérent.

.

Comment trouver son style personnel en photographie

.

.

La difficulté de trouver son style

J’accorde de plus en plus d’importance au post-traitement, et pour moi il ne s’agit même plus d’une simple touche finale. J’ai plutôt l’impression que lorsque j’ai appuyé sur mon déclencheur je n’ai fait que la moitié du chemin. Pourquoi? Car dernièrement, je me suis rendue compte que les photos qui me plaisient le plus étaient celles qui avaient un traitement assez prononcé, il ne s’agit donc plus de quelques réglages (lumière, contraste) pour améliorer l’original, mais de véritables choix artistiques, qui vont apporter un nouveau regard, renforcer une atmosphère, une ambiance.

Cela fait un moment que j’essaye de comprendre comment sont post-traitées les photos qui me plaisent sans trop y parvenir. Mon souci principal est d’arriver à un rendu homogène sur l’ensemble de mes photos. Lorsque je regarde mes images, j’ai l’impression qu’il manque quelque chose, et qu’elles ressemblent finalement à beaucoup d’autres car je n’ai pris assez de distance pour me détacher de la réalité et que j’essaye toujours d’y coller au plus près. J’aimerais parvenir à un post-traitement qui contribue à donner une certaine atmosphère reconnaissable mais aussi une identité à mes images, et pour cela il faut s’éloigner un peu du style « documentaire » et « neutre », ce n’est pas si simple lorsque l’on a bien intégré qu’une photo devrait retranscrire la réalité.

.

S’inspirer sans perdre sa personnalité

 Mais trouver une identité vraiment personnelle et cohérente n’est pas simple lorsque l’on s’aperçoit que même la photographie n’échappe finalement pas aux modes et un des outils les plus révélateurs qui permet de se rendre compte des dernières « tendances » est sans doute aucun Instagram.

Vous vous souvenez ? Il n’y a encore pas si longtemps la mode était aux photos très claires voire surexposées, le contenu était souvent très épuré, ce qui n’interdisait pas de mettre en avant parfois des couleurs un peu plus « punchy » !

A force de voir tous ces fils épurés et lumineux qui plaisent à notre oeil, nous avons finalement envie d’imiter ces rendus, consciemment ou non. Est-ce que la quantité d’images reprenant les mêmes codes a fait que l’on s’est imprégné de ces règles et que l’on veut finalement les appliquer à notre tour?  Je n’ai pas de réponse, et ce n’est d’ailleurs pas une critique car j’ai aussi aimé faire défiler des fils épurés et lumineux sur Instagram.

Et depuis quelques temps on peut s’apercevoir que sur Instagram, la mode avait maintenant changé! Et souvent, lorsque l’on réagit à un courant vu et revu, on répond par son opposé. Depuis plusieurs mois maintenant,  le type de traitement que l’on va rencontrer le plus souvent consiste en des tons plus sobres voire désaturés, mais aussi moins de contraste. Les compositions peuvent être aussi un peu plus chargées et plus sombres. Il semblerait que l’on recherche un rendu plus « authentique » ou plus « vintage » afin de réaliser des images proches de l’argentique. Au début on ne voit que quelques images, et sans que l’on sache pourquoi, les photos bénéficiant de ce traitement attirent notre attention, et puis on en voit de plus en plus, on aime, on en redemande! Moi-même , je n’échappe pas à la règle, j’ai d’ailleurs recherché comment arriver à ce rendus un peu fanés, j’ai testé des tas de réglages sur Lightroom, jusqu’à ce que je demande tout simplement à une  photographe comment elle parvenait à ce type de rendu (eh oui, je voulais vraiment – vraiment vraiment – savoir!). Parfois, je me demande si on a vraiment une chance d’échapper à ces courants, car on finit par aimer ce qui est familier, sans forcément le choisir.

Mais au final, la question la plus importante est peut-être tout simplement : comment trouver son style lorsque l’on applique, de façon consciente ou non, les critères d’esthétisme du moment? Comment se différencier (ce que l’on cherche à faire dès lors que l’on adopte un démarche un tant soi peu artistique – mais évidemment il n’y a aucun mal à ne faire des photos sans se prendre la tête outre mesure 😉 )? Comment arriver proposer quelque chose de personnel et à se détacher de ces codes si bien intégrés?

.

  • Pascaline

    Article très intéressant Magali et les photos qui l’accompagnent me plaisent beaucoup ! Je crois que pour trouver son style, il faut passer, à un moment ou à un autre, par le stade de l’imitation, car c’est de cette façon que l’on apprend. Peu à peu on finit par ne retenir que ce qui nous touche vraiment et notre style s’affirme tout doucement… Je crois que le principal est de mettre beaucoup de soi dans son travail, faire ce qui nous tient vraiment à cœur sans se dire « est-ce que je que je fais va plaire au plus grand nombre ». Ce n’est qu’en s’affranchissant des modes que l’on finit par y parvenir, mais cela n’empêche pas qu’on puisse avoir nos photographes préférés 😉

    11 septembre 2016 at 16 h 29 min Répondre
  • Céline

    Clairement le post traitement est la partie qui me fait perdre le plus de temps et où au final je ne suis jamais satisfaite de ce que je produit et donc je ne montre rien ou preque. J’en viens même à me dire que les meilleur traitement sont ceux fait sur l’application VSCOCam car au final je me pose pas de quetion (sur le tel en fait on voit rien ou du moins pas les defaut). Ma difficulté est justement de chosir un style car une série va aller avec un traitement et ps une autre. Du coup j’ai des trucs disparatres. J’essaie depuis qq temps de me cantonner à un filtre vscocam pour poster sur instagram et effctivement la galerie est un peu plus cohérente mais du coup je me focalise que sur un sujet : les photos de voyages alors que mes photos sont bcp plus variées au final.
    Voilà je ne peux que comprendre ta réflexion

    11 septembre 2016 at 16 h 30 min Répondre
  • Céline

    Article super intéressant ! Pour ma part, je n’en suis pas (encore ?) là puisque je suis toujours dans ma première phase d’apprentissage de photo et que je cherche surtout à me familiariser avec mon appareil, à tenter d’exercer mon oeil de novice / amateur et surtout à y prendre du plaisir 😉 Je ne suis même pas encore dans la partie réglages manuels… pour laquelle j’ai l’impression qu’il me faudrait des cours tant cela me semble complexe ! (le post-traitement, je n’en parle même pas hein ?! Je ne fais que bidouiller sur mon Mac avant publication pour le blog)
    Pour ce qui est du style, il est évident que je le cherche ! Instagram est évidemment un super outil dans ce sens et cela me permet de tester différentes choses. Je vois aussi beaucoup de comptes qui me plaisent avec des traitements comme ceux que tu évoques. En revanche, je vois bien qu’il y a un style de photos que j’aime faire naturellement (et aussi un style que je ne sais pas faire). J’aime aussi finalement que cela soit en lien avec mon quotidien, je m’efforce de plus ou plus à ce que cela soit en temps réel pour ne pas publier que du latergram de voyages. Et je trouve d’ailleurs que cela est plutôt difficile à faire… Bref c’est du boulot tout ça !
    Alors même si mon feed instagram n’est pas super homogène, j’ai décidé d’arrêter de me bloquer avec ça et de faire comme je le sens. D’un autre côté, aujourd’hui, mon objectif n’est pas d’y présenter une jolie palette de photos assorties (même si je trouve cela très beau et que j’aime regarder ces comptes-là) tout cela serait bien trop « prise de tête » pour moi et cela me prendrais beaucoup trop de temps et au final cela ne me ressemblerait pas forcément ! Je préfère continuer « au feeling », tout est largement perfectible mais cela s’affine progressivement.
    Il n’y a pas si longtemps, je n’avais pas d’appareil. Aujourd’hui il est intégré dans mon quotidien et dans ma façon de regarder les choses qui m’entourent. C’est déjà une belle étape, pour la suite on verra 😉

    13 septembre 2016 at 10 h 37 min Répondre

Leave a Comment